GERSEEProjets de recherche Projets en cours Afficher le menu principal

Projets en cours

Projets Européens  

N4C : Nature 4Cities (2017-2020)

Le Laboratoire Eau & Environnement (GERS/LEE), ainsi que le Laboratoire d’Acoustique Environnementale (AME/LAE) participent au projet européen (H2020, 2017-2020) Nature4Cities, coordonné par Nobatek et le Cerema. Le projet a pour objet de développer une plateforme de référence pour les solutions fondées sur la nature (NBS pour « Nature Based Solutions »), mettant à disposition des gestionnaires et décideurs, des méthodes ainsi que des outils. Ce projet a donc pour objectif de répondre aux défis sociaux, environnementaux et économiques auxquels les villes européennes font faces. Dans le cadre de ce projet, le LEE participe à l’élaboration d’indicateurs de performance des NBS du point de vue de la gestion des eaux pluviales et de la qualité des sols. Il collabore aussi avec les autres partenaires du projet à la construction d’un outil d’évaluation simplifié, basé sur les modèles de recherche qu’il développe par ailleurs.

Porteur Katia CHANCIBAULT 

Financeur : European Commission

https://www.nature4cities.eu/

 

PROPER (2017-2020)

Le projet PROPER est un projet européen qui a pour objectif de recenser et d'analyser les différentes études consacrées à la qualité (présence et teneurs en différents contaminants) des eaux de ruissellement de chaussées autoroutières. Ce travail permettra d'évaluer l'impact potentiel de ces effluents sur les masses d'eau et les écosystèmes situés à proximité des autoroutes et d'éclairer les décisions relatives à la mise en place éventuelle de solutions de traitement de ces effluents.

Porteur Pierre-Emmanuel PEYNEAU

Site http://proper-cedr.eu/

 

FewMeter (2018-2021) 

L'objectif principal du projet Few-meter est de développer un système de mesure de la contribution de l'agriculture urbaine au métabolisme urbain. Cela implique de mesurer l’efficience des systèmes de production (c'est-à-dire les quantités de fruits et légumes produites par unité de surface, d'énergie, d'eau et d'autres ressources clés); d’améliorer les connaissances sur les risques sanitaires potentiels dus à la contamination des sols et les opportunités d’améliorer l’utilisation des ressources (par exemple, une utilisation plus efficace des déchets organiques); d’identifier des approches permettant d'améliorer la performance des différents types d'agriculture urbaine

Porteur Liliane JEAN-SORO

Financeur JPl Urban Europe et le Belmont Forum

Site  http://www.fewmeter.org/

 

URBiNAT (2018-2023)

Le projet européen (financeur H2020, 2018-2023), coordonné par CES (Portugal) vise à réhabiliter les quartiers sociaux à l'aide de solutions fondées sur la nature (NBS), d'un point de vue social, environnemental et économique. Pour cela, le consortium s'appuiera sur un catalogue innovant et inclusif de NBS en assurant la durabilité ainsi que la mobilisation des forces motrices pour la cohésion sociale. Le projet ciblera l’espace public pour co-créer avec les citoyens de nouvelles relations urbaines, sociales et basées sur la nature à l’intérieur et entre les quartiers. Le LEE, à travers l'IRSTV, accompagnera Nantes Métropole dans la réhabilitation des quartiers Nord de Nantes. En particulier, le LEE pourra intervenir dans des actions telles que l'évaluation hydrologique de la réouverture d'un ruisseau, l'évaluation microclimatique de nouveaux aménagements de l'espace public ou encore l'analyse en terme de pollution des sols de jardins familiaux ou en lien avec une ferme urbaine.

Porteur Béatrice BECHET

 https://urbinat.eu/

Projets Nationaux

HYMEX (2010-2020)

Le projet HyMeX (HYdrological cycle in the Mediterranean EXperiment) vise à mieux comprendre et quantifier le cycle de l'eau et les processus associés en Méditerranée, en mettant l'accent sur les phénomènes météorologiques extrêmes à fort impact, et sur la variabilité interannuelle à décennale du système méditerranéen, ainsi que sur les tendances dans le contexte du changement global. La contribution du LEE porte sur l'observation (via des enquêtes de terrain post-crue), l'étude, et la prévision intégrée des crues éclair et de leurs impacts, au sein de deux "science teams": Flash Floods and Vulnerabilities (FFV) et Towards integrated prediction of heavy precipitation, flash-floods and impacts (TIP).  

Porteur Olivier PAYRASTRE

Financeur CNRS – Mistrals

Site www.hymex.org

 

PIREN-Seine (2015-2019)

Le programme PIREN-Seine a pour objectif de développer une vision d'ensemble du fonctionnement du système formé par le réseau hydrographique de la Seine, son bassin versant et la société humaine qui l'investit. Dans le cadre de la phase VII, le LEE a intégré ce programme pour étudier plus spécifiquement le fonctionnement hydrologique de la zone urbaine de Paris et sa petite couronne, en collaboration avec le LEESU (ENPC) (en lien avec le programme OPUR) et le centre Géosciences (MINES ParisTech). Afin de mettre en œuvre l’outil hydrologique adapté à cette échelle, une étape préalable consiste à reconstruire de façon simplifiée, en lien avec la résolution du modèle hydrologique, le réseau d’assainissement complet (unitaire et séparatif) et ses connexions avec le réseau naturel. Ce travail de reconstruction est fait en collaboration avec les différents gestionnaires du réseau d'assainissement sur la zone (SIAAP, CD92, 93, 94 et la Ville de Paris).

Porteur Katia Chancibault

 

Matriochkas (2015-2019) 

Ce projet est consacré à la rétention des micropolluants dans des ouvrages de gestion alternative des eaux pluviales. L'objectif principal est l'évaluation des performances de ces ouvrages vis à vis des flux d'eau et des flux de micropolluants. Pour cela, un travail commun est mené avec les projets Roulepur (Ile de France, porté par le LEESU) et Micromegas (Lyon, porté par l'INSA de Lyon) pour définir les indicateurs permettant cette évaluation. Ensuite, le projet s'appuie (1) sur une connaissance exhaustive mais imprécise de la pollution collectée par les ouvrages à partir d'une analyse des données géographiques pertinentes, à l'échelle de l'agglomération de Nantes métropole, (2) sur un suivi expérimental de 3 ouvrages types (bassin en eau, bassin sec et noue végétalisée), et (3) sur la mise en place d'un dispositif pilote de 2 noues végétalisées permettant d'étudier le rôle hydraulique joué sur la filtration des polluants dans des ouvrages linéaires. Ce projet associe le LEE à 3 autres partenaires : le CSTB/Aquasim à Nantes qui accueille le dispositif pilote, Nantes Métropole/DCE qui facilite l'accès aux sites instrumentés et aux informations géographiques relatives au recensement des ouvrages, et Université de Bretagne Sud / UMR 6285 experte en traitement SIG.

Porteur Fabrice Rodriguez

Financeur Agence Française de la Biodiversité (AFB) et Agence de l'Eau Loire Bretagne (AELB)

CEGEP (2016-2019)

Le projet CEGEP s’inscrit dans la réflexion sur l’émission des polluants à l’échappement, et concerne plus particulièrement les PGE. Il répond à une demande de recherche nécessaire à l’évaluation des impacts sanitaires et environnementaux. Ce projet vise à approfondir les connaissances sur les émissions et les transformations des PGE de l’émission jusqu’au champ proche.

Porteur Liliane JEAN-SORO

Financeur : ADEME CORTEA

 

GIEMU (2016-2019) 

Ce projet s'intègre à un programme de R&D du Ministère consacré à la gestion intégrée de l'eau en milieu urbain (GIEMU). Il propose deux actions principales; (1) l'une est centrée sur la gestion patrimoniale des ouvrages de gestion des eaux pluviales à l'échelle de l'agglomération, et (2) l'autre est consacrée à l'application et l'évaluation d'une méthode de diagnostic de la pollution dans les ouvrages à partir de données géographiques. La première action consiste à réaliser un travail d'enquête pour mieux connaître les pratiques d'entretien de ces ouvrages au sein de 2 agglomérations : Nantes Métropole et Eurométropole de Strasbourg. La seconde action propose de transposer la méthode automatique de détermination de la pollution potentielle des ouvrages, développée au sein du projet Matriochkas, au territoire de l'Eurométropole de Strasbourg, et d'évaluer cette méthode à partir de mesures de la pollution dans un échantillon réduit d'ouvrages.

Porteurs Fabrice Rodriguez et Liliane Jean-Soro

Financeur Agence Française de la Biodiversité (AFB)

INFILTRON (2018-2021)

Le projet INFILTRON est un Projet de Recherche Collaborative – Entreprise financé par l'ANR dans le cadre duquel on cherchera à évaluer les fonctions d’infiltration et de filtration des sols urbains dans le contexte de la gestion des eaux pluviales. L’effort de recherche portera en particulier sur les propriétés filtrantes des sols urbains vis-à-vis de polluants émergents (comme les nanoparticules manufacturées) et de bactéries. Dans le cadre de ce projet, on synthétisera puis on utilisera des traceurs nanoparticulaires synthétiques, détectables à la fois par résonance magnétique nucléaire et à l'aide d'un radar à pénétration de sol, dont les propriétés seront voisines de celles des nanoparticules d’origine anthropique et des bactéries présentes dans les eaux pluviales. Un infiltromètre de grand diamètre sera également conçu pour mesurer sur le terrain les écoulements préférentiels et les transferts de masse ayant lieu au sein de sols urbains. La contribution du LEE portera essentiellement sur l’étude du transfert de nanoparticules traçables bien caractérisées (taille, charge de surface) en milieu poreux hétérogène, et ce sous l'effet de sollicitations hydrauliques variées (en conditions saturées ou non et pour différents débits).

Porteur Pierre-Emmanuel PEYNEAU

Site :http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2%5BCODE%5D=ANR-17-CE04-0010

 

 

RISQ’EAU (2018-2020)

Le projet RISQ'EAU a pour objectif de limiter les conséquences dramatiques des inondations qui affectent les territoires méditerranéens italiens et français. Le LEE contribue au développement d'une chaine de modélisation pluie-débit-dégât et à l'élaboration d'un système d'alerte aux crues soudaines afin de répondre aux enjeux liés au risque inondation dans le secteur cannois particulièrement touché par les inondations d'octobre 2015.

Porteur François BOURGIN

Financeur Interreg ALCOTRA

 

 

PICS (2018-2021)

Le projet PICS (Prévision Immédiate intégrée des Impacts des Crues Soudaines) vise à construire et évaluer des chaines de prévision immédiate (échéance 0-6h) des crues soudaines, permettant de couvrir le nombre important de petits cours d’eau concernés (bassins de 1 à 500 km²), et d'anticiper les impacts de ces crues souvent dévastatrices. Il s’agit de définir un couplage approprié de différents modèles (modèles météorologiques, hydrologiques, hydrauliques, et modèles d’impacts), d’évaluer ces différents maillons en termes d’incertitude et de complémentarité, et d’évaluer la capacité des chaines constituées à répondre aux besoins des utilisateurs finaux. Le projet prévoit des échanges nourris entre les différents acteurs scientifiques (météorologues, hydrologues, hydrauliciens, économistes, sociologues) et opérationnels (sécurité civile, assureurs, gestionnaires d’infrastructures, usagers) concernés, au travers d’études de cas communes. Le LEE assure la coordination de ce projet.

Porteur Olivier PAYRASTRE

Financeur ANR

Site: http://pics.ifsttar.fr/

 

UrbaRiskLab (2018-2023)

Toutes les crises (d’origine naturelle, climatique, chimique, pathogène, économique, cyber, sociétale, etc.), prévues ou imprévues, exceptionnelles ou chroniques, à cinétique lente ou rapide, génèrent des incertitudes scientifiques, techniques, organisationnelles et politiques importantes. Elles posent des questions cruciales de préparation, d’intervention des secours, de veille et de détection, d’outils de modélisation, d’anticipation des effets cascade, d’aide à la décision et de gestion post-crise. Comprendre la dynamique des risques et des crises en milieu urbain est un défi à relever d’un point de vue scientifique pour apporter des réponses stratégiques, politiques, techniques, économiques et sociales à ces problèmes et rendre les villes sûres et résilientes. L'UrbaRiskLab vise à devenir un centre de recherche d’excellence. Un lieu de co-innovation entre recherche, secteurs public et privé : un incubateur (FabLab), proposant des solutions innovantes et en rupture technologique.

Porteur Olivier PAYRASTRE

Financeur I-Site FUTURE

 

Epé (2019-2021)

Le projet Epé est consacré à la mesure de l'évapotranspiration à petite échelle en milieu urbain. Ce projet fait l'objet d'un partenariat entre le Cerema Ile de France et le LEE et s'appuie sur la thèse de Clarisse Abiven (2018-2021). Il a pour objectif de mieux quantifier le flux d'évapotranspiration issu des surfaces végétalisées en milieu urbain, en mettant au point un protocole de mesure en continu permettant d'investiguer des petites surfaces en milieu urbain. La méthode d'eddy-covariance sera adaptée pour ce protocole, puis la méthode sera testée et évaluée sur différents types de surfaces en milieu urbain (toiture végétalisée, noue...).

Porteur Fabrice Rodriguez

Financeur Agence Française de la Biodiversité

Convention

Convention DGPR - assistance au SCHAPI (2010-2018)

La convention annuelle Ifsttar-DGPR (Direction Générale de la Prévention des Risques) permet de soutenir financièrement des actions portant sur la connaissance des risques naturels et technologiques, la diffusion de cette connaissance, ainsi que la formulation de méthodes et guides techniques pour leur prévention. Dans le cadre de cette convention, le LEE conduit chaque année un certain nombre d'actions d'appui au SCHAPI et au réseau Vigicrues. On peut citer par exemple la reconstitution de données de débits à partir de relevés de terrain post événement (2010,2013,2014,2015), ou la participation à la révision de la charte qualité de l'hydrométrie (2016-2017).

Porteur Olivier PAYRASTRE

Financeur MTES – DGPR